Accueil Bourse Les 4 saisons de l’économie

Les 4 saisons de l’économie

par Timur Kazkondu

Pouvons-nous considérer les évènements économiques que nous vivons comme « exceptionnels », uniques et incomparables avec ceux du passé ? Est-ce la première fois que l’engouement pour les investissements et l’immobilier est si fort ? Non. Aussi particulière qu’elle puisse paraître, cette situation n’est pas la première en son genre. Au contraire, l’histoire a plutôt tendance à se répéter, encore et encore. 

L’économie évolue par cycle, de la même manière que la nature possède différentes saisons qui sont amenées à se présenter, faisant apparaître des hivers très rudes et des étés caniculaires dont nos aînés s’en souviennent encore. Ainsi, un parallèle peut-être fait entre les deux, nous permettant de prendre la température à l’extérieur. 

4 saisons pour 4 phases

Au commencement de notre analogie, nous avons une phase de pleine croissance comparable à l’été. Celle-ci est plus ou moins soutenue en fonction des périodes. L’unité de mesure la plus répandue est la croissance du PIB (c’est-à-dire la somme de toutes les richesses créées par un pays) et ses conséquences : une consommation des ménages en hausse couplée à des investissements provenant d’entreprises et de l’État. Cette situation génère à terme plus ou moins d’inflation. 

Un peu comme le 21 septembre sonne la fin de l’été et le début de l’automne, un évènement économique important freine la croissance et commence à inverser la tendance haussière. Son intensité et sa durée créeront les premiers éléments perturbateurs. Ainsi, le recul du PIB durant deux trimestres consécutifs est perçu comme un trou d’air identique à ceux pouvant être subis par les avions en plein vol. Ce trou d’air a pour caractéristique d’être limité dans le temps, durant lequel les investissements et la consommation diminuent tandis que le chômage augmente. Si l’économie n’a pas assez de ressources pour amorcer une reprise, nous entrerons dans ce cas dans une période appelée récession.

La récession, c’est l’automne et tout ce qui va avec, perte des feuilles, premiers feux, premières provisions. L’économie ralentit, les investissements des entreprises baissent, le chômage augmente, et tout cela de manière progressive. Petit à petit, l’hiver pointe le bout de son nez… “Winter is coming”

Si la période peut être synonyme de fêtes de fin d’année, ce n’est pas le cas pour l’économie, car nous parlerons désormais de dépression. Celle-ci s’exprime par une chute violente, longue et profonde de l’activité mondiale. Les crises de 1929 et 2008 en sont de parfaits exemples. La mort de nombreuses plantes représente les multiples faillites des TPE, PME et autres structures. Les États, quant à eux, sont amenés à adopter des mesures d’urgence pour maintenir la tête hors de l’eau et doivent tenter de raviver la flamme de l’économie coûte que coûte. Commence alors les grandes manœuvres interventionnistes (l’État n’hésite pas à entrer en partie ou totalement au capital de certaines entreprises, on parle dans ce cas de nationalisation). 

Puisque rien n’est éternel dans la nature, il en va de même avec l’hiver économique. Vient ensuite le printemps, et le début des bonnes nouvelles. La reprise démarre par un retour de la croissance du PIB expliqué par l’augmentation des dépenses des ménages et des entreprises. Cette phase permet aux différents acteurs du marché de reprendre confiance et de réinjecter dans l’économie des fonds, produisant ainsi un cercle vertueux favorisant la croissance. Le but commun de toutes ces parties est de faire perdurer au maximum cette phase du cycle, car qui n’a pas hâte de retrouver le soleil ? 

Conclusion

Vous l’aurez compris, comparer les cycles économiques aux saisons et une première façon d’accepter l’inévitable : il y a aura toujours un été et toujours un hiver. Parti de ce constat, l’investisseur pourra se positionner pour faire fructifier son patrimoine intelligemment, car il existe des gagnants et des perdants à chaque période !

Article rédigé par l’équipe Parlons Finance (Benjamin Blace et Timur Kazkondu)

You may also like

Laissez un commentaire

Ce site utilise Google analytics et les cookies pour son fonctionnement. J'accepte