Accueil Marché boursier Le point sur les marchés: Semaine 15

Le point sur les marchés: Semaine 15

par Florenc Micaj

La capitalisation boursière des cryptomonnaies franchit un nouveau cap et atteint 2.000 milliards de dollars. L’appétit pour le risque est bien présent sur les marchés actions et des records sont atteints cette semaine.

Aux États-Unis, les marchés clôturent en zone positive pour la troisième semaine consécutive. Le S&P 500 et le Dow Jones atteignent leur plus haut niveau de clôture ce vendredi à Wall Street. L’optimisme des investisseurs sur les perspectives de croissance poussent les deux indices boursiers à franchir un nouveau record cette semaine. Les analystes prévoient une accélération de l’inflation compte tenu de la hausse des prix à la production plus importante que prévu. La Fed tente de rassurer les investisseurs en déclarant que son objectif d’environ 2% d’inflation serait provisoirement dépassé. 

  • Dow Jones atteint un record à 33.800,6 points et signe une croissance de 2%. 
  • S&P 500 franchit un record pour la troisième séance consécutive et s’établit à 4.128,8 points sur une croissance de 2,7%.
  • Nasdaq Composite délivre une progression de 3,12% et atteint 13.900,19 points.

En Europe, les marchés boursiers sont à leur sixième semaine consécutive de hausse et clôturent dans le vert. L’optimisme sur la tendance économique gagne du terrain dans la zone euro et les investisseurs sont confiants quant aux perspectives de croissance et à une réouverture prochaine de l’économie.

  • BEL 20 prend 0,08% et clôture à 3.941,69 points.
  • CAC 40 gagne 1,1% et termine à 6.169,41 points après avoir atteint un pic à 6.188,48 points, son meilleur niveau depuis novembre 2000.
  • DAX 30 enregistre une progression de 0,84% et clôture sur un record à 15.234,16 points. 
  • FTSE 100 repart à la hausse et atteint 6.915,75 points sur une progression de 2,65%. 
  • Stoxx 600 Europe affiche une croissance de 1,16% et se positionne à 437,23 points, un nouveau record pour l’indice boursier. 

En Asie, le rouge domine sur les marchés. Cette semaine le Nikkei 225, le Hang Seng et le Nifty 50 affichent un repli. Le S&P/ASX 200 et le IDX Composite délivrent une légère progression. 

  • Nikkei 225 se repli de 0,29% et clôture vendredi à 29.768,06 points. 
  • Hang Seng affiche un recul de 0,83% et se positionne à 28.698,8 points.
  • S&P/ASX 200 prend 2,44% et termine à 6.995,2 points.
  • Nifty 50 chute de 0,22% et se positionne à 14.834,85 points en fin de semaine.
  • IDX Composite grimpe de 1% et termine à 6.070,21 points.

Qui est le gagnant et le perdant de la semaine ?

  • Le gagnant de la semaine est Celcuity, une entreprise de biotechnologie basée aux États-Unis et cotée sur le Nasdaq. L’action a pris plus de 50% et vaut actuellement 21,6 dollars, un record annuel pour l’entreprise.
  • Le perdant de la semaine est Medalist Diversified Reit, une fiducie de placement immobilier spécialisée dans l’acquisition, la possession et la gestion de biens immobiliers commerciaux. Le cours de l’action enregistre une perte de près de 19%.

Que faut-il prévoir pour les semaines à venir ? 

  • La valeur des cryptomonnaies atteint 2.000 milliards de dollars pour la première fois de son histoire. Le Bitcoin représente 55% du marché des cryptomonnais, soit 1.100 milliards de dollars. La progression des cryptomonnaies s’explique par l’enthousiasme toujours plus prononcé des sociétés et des investisseurs institutionnels à placer leur argent dans ces monnaies virtuelles. L’intérêt accru des fonds d’investissements pour les crypto est notamment poussé par les faibles rendements qu’offrent les obligations.
  • ING appliquera à partir du 1er juillet un taux négatif de 0,5% sur les comptes épargne dépassant 100.000 euros aux Pays-Bas alors que le seuil était fixé à 250.000 euros jusque présent. Est-ce que la banque néerlandaise décidera de revoir sa politique de taux négatif en Belgique et d’abaisser le seuil auquel le taux négatif est actuellement appliqué ? Rien n’est aussi sûr. Les taux d’intérêt négatifs représentent-ils un risque pour les épargnants ? La réponse est oui ! Cependant, ils représentent une opportunité pour certains emprunteurs. Les taux négatifs sont principalement un moyen pour les États de se refinancer. Ils représentent également une occasion pour les banques de réduire leur taux d’endettement. Vous l’aurez compris, la baisse des taux d’intérêt, engendré par l’application des taux négatifs sur les comptes épargne, ne profite pas aux gens qui perdent leur emploi, aux indépendants et aux PME qui font faillites. 
  • Toujours pas de bulle spéculative à l’horizon ? C’est une question que se posent de nombreux analystes. La société Pictet Asset Management note que les valorisations du marché boursier américain sont élevées mais nous ne sommes pas dans une bulle assure la société de gestion suisse. Selon Pictet, de petites bulles apparaissent mais la casserole ne déborde pas encore. Cela rejoint la banque Goldman Sachs qui déclarait au mois de mars qu’on est loin d’une bulle spéculative sur les marchés d’actions et que les investisseurs ne devaient pas s’inquiéter. Est-ce que la hausse de l’inflation aux États-Unis n’alimenterait pas une bulle spéculative dans les mois à venir ?

Par Florenc MICAJ

You may also like

Laissez un commentaire

Ce site utilise Google analytics et les cookies pour son fonctionnement. J'accepte