Accueil Marché boursier Le point sur les marchés: Semaine 9

Le point sur les marchés: Semaine 9

par Florenc Micaj

La hausse conjointe de l’inflation et des taux d’intérêt affecte les marchés boursiers. Les investisseurs sont inquiets et les perspectives d’avenir sont vagues.

Aux États-Unis, les marchés terminent tous dans le rouge cette semaine. Le repli est encore plus important que la semaine dernière. Les investisseurs font face à une remontée des taux d’intérêt des obligations à long terme, le taux américain à dix ans a dépassé 1,5% cette semaine. La hausse des prix est estimée à 1,3% au mois de décembre et d’après l’OCDE l’inflation devrait atteindre 2,8% au deuxième trimestre. Ces évolutions ont fortement perturbé les places boursières.

  • Dow Jones perd près de 5% sur la semaine et clôture à 30.932,37 points.
  • S&P 500 se repli de 2,45% et clôture vendredi à 3.811,15 points.
  • Nasdaq Composite affiche le plus important recul de la semaine avec une baisse de 5% et se positionne à 13.192,55 points.

En Europe, les bourses ont terminé en nette baisse vendredi. Les marchés européens subissent également une hausse des taux d’intérêt et de l’inflation. Même si l’évolution des taux obligataires et de l’inflation est moins impressionnante qu’aux États-Unis, cela inquiète les investisseurs et impacte les marchés. Le taux du Bund à dix ans est passé de –0,65% à –0,25%. De son côté la hausse des prix atteint 0,9% au mois de janvier. En d’autres termes, le pouvoir d’achats des ménages va diminuer et les rendements réels, pour les investisseurs, vont être moindre dans les mois à venir.

  • BEL 20 subit une baisse de près de 2% par rapport à la semaine dernière et clôture à 3.761,99 points.
  • CAC 40 chute de 1,22% et finit à 5.703,22 points vendredi.
  • DAX 30 recul de plus de 1,40% et s’ajuste en fin de semaine à 13.786,29 points.
  • FTSE 100 se repli de plus de 2% sur la semaine et se positionne à 6.483,43 points ce vendredi.
  • Stoxx 600 Europe recul de 2,38% en une semaine et clôture à 405 points.

En Asie, les marchés subissent une baisse généralisée suite à la hausse des taux obligataires et de l’inflation. Selon Vincent Juvyns, stratégiste chez JPMorgan Asset Management, les obligations chinoises restent de qualité et il conseille dès lors de s’y intéresser.  Selon l’expert, les taux chinois devraient rester sous contrôle, ce qui est bénéfique pour les obligations de ce pays.

  • Nikkei 225 chute de 3,4% sur la semaine et clôture à 28.996,01 points. 
  • Hang Seng baisse de plus de 5,4% et se positionne à 28.980,01 points.
  • S&P/ASX 200 recul de près de 1,8% et finit à 6.673,03 points vendredi.
  • Nifty 50 se repli de 3% à clôture à 14.529,15 points vendredi.
  • IDX Composite prend 0,16% sur la semaine et clôture à 6.241,8 points.

Qui est le gagnant et le perdant de la semaine ?

  • Le gagnant de la semaine est Rubius Therapeutics, une société de biotechnologie spécialisée dans le développement des thérapies cellulaires pour le cancer. L’action de la société prend plus de 29%. En Europe, TUI Group bondit de plus 20% sur la semaine suite à l’annonce d’un déconfinement progressif au Royaume-Uni d’ici quatre mois.
  • Le perdant de la semaine est Tricida, fabricant de médicament cotée sur le Nasdaq. L’action de l’entreprise perd plus de 30% sur la semaine. En Europe, Proximus subit une perte de 11% sur le cours de son action.

À quoi faut-il s’attendre les prochaines semaines ?

  • Est-ce toujours rentable d’épargner ? C’est ni plus ni moins que le chef stratégiste chez BNP Paribas Fortis, Philippe Gijsels, qui répond à cette question. Selon l’expert, l’argent sur les comptes épargnes ne procurent plus de rendement et il vaudrait donc mieux l’investir. Si l’inflation tolérée par les banques centrales est de 3%, le pouvoir d’achat des consommateurs diminuera de 3% par an et d’ici dix ans cela vaudra facilement 30 à 35% selon Philippe Gijsels. Vous savez ce que vous devez faire de votre argent sur votre compte épargne !
  • L’hyperinflation est un sujet d’actualité. Les économistes ainsi que les experts financiers pensent que nous allons vers une hyperinflation lorsque l’on voit le plan de relance américain de 1.900 milliards de dollars de Joe Biden qui vient s’ajouter au plan de 900 milliards de Trump. Cependant, selon Paul Krugman et Yellen il n’y a pas d’inflation et le vrai risque est la déflation et la poursuite de la récession. Selon les deux économistes, il faut injecter de l’argent dans l’économie pour pouvoir relancer l’activité. Cela suffit-il pour relancer la consommation des ménages sachant que des millions de personnes ont perdu leur emploi et par conséquent leur pouvoir d’achat ? 
  • Les agences de voyages veulent des perspectives claires pour les vacances. La secrétaire générale de l’Union professionnelle des agences de voyages, Anne-Sophie Snyers, exprime son mécontentement quant aux décisions prises par les politiques et exige des réponses claires et précises pour les mois à venir. Nous devons nous adapter pour continuer à vivre et ne pas être uniquement dans la répression et l’État doit prendre une décision quant au secteur du voyage selon Mme Snyers. De son côté, le secteur culturel réclame des réponses claires pour savoir quand nous sortirons de la crise, souligne Samuel Tilman, porte-parole de l’Union de professionnels des arts et de la création. Des aides financières vont être reclamées pour venir en aide aux secteurs affectés et aux travailleurs, ajoute le porte-parole. À quoi vont ressembler nos vacances cet été ? 

Par Florenc MICAJ

You may also like

Laissez un commentaire

Ce site utilise Google analytics et les cookies pour son fonctionnement. J'accepte