Accueil Marché boursier Le point sur les marchés: Semaine 3

Le point sur les marchés: Semaine 3

par Florenc Micaj

Pfizer sème la panique sur les marchés avec l’annonce de retards dans la livraison des vaccins. Joe Biden dévoile son plan de relance de 1.900 milliards de dollars ce jeudi. Airbnb décide d’annuler les réservations à Washington lors de la semaine de l’investiture. 

Aux États-Unis, les trois principaux indices terminent la semaine dans le rouge. Le projet de relance de Joe Biden est colossal et semble effrayer certains investisseurs qui pensent que ce budget sera financé par une hausse des impôts. Airbnb empêche toute réservation à Washington durant la semaine de l’investiture du futur président américain afin d’éviter que les événements du 6 janvier se reproduisent.

  • Dow Jones affiche une tendance haussière et dépasse la barre des 31.200 points ce jeudi et termine à 30.836 points sur une baisse de 0,5%.
  • S&P 500 clôture sur une baisse de 0,72% à 3768 points.
  • Nasdaq Composite délivre une semaine plutôt mitigée avec une forte volatilité et termine sur une baisse de 0,73%. 

En Europe, les marchés ont terminé en net repli suite à l’annonce d’un retard dans la livraison des vaccins Pfizer en Europe. La semaine prochaine la Belgique ne recevra que 60.000 doses au lieu de 100.000 comme prévu. Selon l’Agence fédérale des médicaments et des produits de santé, le rythme de livraison devrait revenir à la normale dès la semaine suivante. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a assuré que les doses attendues par l’Union Européenne au premier trimestre seront livrées comme prévu.

  • BEL 20 résiste mieux que les autres indices et termine à 3.715 points sur une baisse de 0,66%.
  • CAC 40 clôture ce vendredi sur une baisse de 1,22% à 5.611 points.
  • DAX 30 réalise la plus mauvaise performance de la semaine avec une chute de 1,44%.
  • FTSE 100 affiche une tendance baissière tout au long de la semaine et cède 0,97%.
  • Stoxx 600 Europe atteint un record semestriel ce jeudi à 412,03 points avant de chuter de 1,01% à 407 points.

En Asie, les marchés clôturent en baisse, mis à part pour Hang Seng et S&P/ASX 200 qui terminent sur une légère progression.

  • Nikkei 225 débute la semaine en hausse et termine sur une baisse de 0,62%.
  • Hang Seng réalise de nouveau un record semestriel et atteint 28.573 points sur une progression de 0,27%.  
  • S&P/ASX 200 affiche une mauvaise performance mais termine sur une progression de 0,0015%.
  • Nifty 50 délivre une bonne performance par rapport à la semaine dernière mais cède 1,11% vendredi.
  • IDX Composite montre également une progression durant la semaine mais clôture sur une chute de 0,85%.

Qui est le gagnant et le perdant de la semaine ?

  • Le gagnant de la semaine est la société de biosciences agricoles, Yield10 Bioscience, avec une progression de plus de 76%. La société a été créée en 1992 et son objectif est de développer de nouvelles technologies permettant d’améliorer le rendement des cultures et la sécurité alimentaire mondiale.
  • Le perdant de la semaine est l’entreprise chinoises Dogness Corp, cotée également sur le Nasdaq, dont le cours de l’action a chuté de 24% durant la semaine. La société fabrique et commercialise des produits pour animaux de compagnie.

À quoi faut-il s’attendre les prochaines semaines ?

  • Les entreprises pharmaceutiques se serrent les coudes afin de pouvoir livrer les quantités de vaccins prévus. Sanofi annonce collaborer avec ses concurrents dans le processus de fabrication des vaccins. L’entreprise française étudie la possibilité de mettre ses lignes de production au service de BioNTech et Janssen Pharmaceutica. Cette initiative réduirait le temps de fabrication des vaccins. Est-ce que cette collaboration permettra de livrer les vaccins plus rapidement ?
  • Le comportement des investisseurs sur les marchés boursiers effraye les analystes. Jeremy Grantham, cofondateur de la société de gestion d’actifs GMO, présage une bulle financière comparable au krach de 1929 et à la bulle internet de 2000. Grantham a prédit les trois précédentes bulles : celle de la bourse japonaise en 1989, la bulle internet en 1999 et l’effondrement du marché immobilier américain en 2008. Toutefois, selon certains spécialistes, les excès ne se manifestent que dans certaines parties du marché. Johan Van Geeteruyen, gestionnaire de fonds chez Degroof Petercam, souligne que le marché dans son ensemble n’est pas une bulle spéculative. Selon le gestionnaire, les actions sont devenues chères, mais elles sont loin des niveaux associés à des bulles spéculatives. Une bulle spéculative est-elle réellement envisageable ? 
  • Les plateformes de crowdfunding ont enregistré peu d’échecs au sein de leur portefeuille et l’activité s’est poursuivie à un rythme soutenu durant l’année. Néanmoins, les investisseurs souhaitent obtenir plus de garanties que par le passé et il y a de moins en moins d’initiatives en crowd en actions, la formule en prêt prend le dessus, relève Frédéric Lévy Morelle, CEO de Look&Fin. Les plateformes en actions se réinventent afin de pouvoir attirer des investisseurs.

Par Florenc MICAJ

You may also like

Laissez un commentaire

Ce site utilise Google analytics et les cookies pour son fonctionnement. J'accepte